Chargement en cours
Ma sélection

Lot 31 - James Ensor 1860 - 1949 - Belgique - Estacade au vapeur (Ostende) (1884) - Huile [...]

Estimation : 100 000 € / 150 000 €

James Ensor 1860 - 1949 - Belgique
Estacade au vapeur (Ostende) (1884)
Huile sur toile
Sig. "ENSOR"
40 x 60 cm
Étiquette d'exposition au dos
"Kunst van Heden" Anvers 1908, no. 10 (?)
"James Ensor" Musée National d'Art Moderne, Paris 1954, no. 10 ("Port d'Ostende")
"James Ensor" Stedelijk Museum voor Schone Kunsten, Ostende 1960, no. 44
"James Ensor" Emile Verhaeren, Bruxelles 1908, p. 112 ("Marine")
"James Ensor" Grégoire Le Roy, G. Van Oest & Cie., Bruxelles/Paris 1922, p. 178 ("Marine")
"James Ensor. Catalogue raisonné des peintures" Xavier Tricot, Pandora, Anvers 1992, no. 265 reprod.
coll. Gustave Kéfer, Paris
coll. B.G. Désagnat, Paris
vente Gal. Georges Giroux, Bruxelles 23/6/1955, no. 26
coll. William Murdoch, Schoten
vente Sotheby's, London 2/7/1980, no. 125




JAMES ENSOR – ESTACADE AU VAPEUR (OSTENDE) (1884)

James Ensor passait son enfance à Ostende à un jet de pierre de la mer du Nord. C’est ainsi qu’il avait depuis longtemps une intense connexion avec la masse d'eau grise et ses diverses apparences. Le jeune artiste, qui venait de quitter l'académie de Bruxelles, était enchanté par les nuances infinies de lumière et de couleur crées par le soleil, les nuages, la brume et le vent.

« Estacade au vapeur » est une impression de la mer, qui n’a cependant rien à voir avec l'impressionnisme méticuleux et charmant de l’époque. Le gris enivrant de la mer du Nord crée avant tout un sentiment. Terne et ténébreux, incertain et soucieux : l’atmosphère est capturée dans des frottis brusques appliqués au couteau plat, qui ne couvrent même pas tout à fait la toile. Cette interprétation brute respire la vitalité de l'artiste, encore jeune et clairement à la recherche de son propre langage visuel.

L’atmosphère épaisse et chargée recouvre la mer comme une couette. La brume lourde, presque tangible, flotte sur l'eau calme et fait fondre la mer et le ciel. Un délicat jeu de lumière captant la maîtrise de l'artiste, se dégage malgré les tons de gris. Le premier plan et l'arrière-plan sont presque monochromes et forment un tout abstrait. De manière minimaliste, Ensor crée néanmoins un effet de profondeur dramatique vers l'infini.

Demander plus d'information