Chargement en cours
Ma sélection

Lot 404 - Jef Verheyen 1932 - 1984 - Belgique - Laser VII T V (1971) - Laque matte sur toile [...]

Estimation : 60 000 € / 80 000 €

Jef Verheyen 1932 - 1984 - Belgique
Laser VII T V (1971)
Laque matte sur toile
Sig. au dos 1971 avec titre
180 x 180 cm
(craquelure)
"Jef Verheyen & Albert Szukalski" Casino, Knokke 1971
"Retrospectieve Jef Verheyen" PMMK, Ostende 1994, cat. expos. no. 69, p. 63
L'oeuvre est enregistrée par les Archives Jef Verheyen




Je peins donc je vois

Jef Verheyen n'avait pas l'intention de peindre avec de la couleur, mais de représenter la couleur elle-même. La couleur est devenue l'objet de son art. À la fin des années ‘50, l'artiste opte donc résolument pour la technique du monochrome, à laquelle il restera fidèle pour le reste de sa carrière. Avec ces monochromes, il veut exprimer le dialogue entre la lumière et la couleur. C'est pour lui la quête ultime de la tonalité, de la nuance, de la tension et de l'intensité dans les limites d'une même couleur. Sa devise était invariablement «Je peins pour voir».

Afin de représenter méticuleusement les gradations subtiles d'une couleur, Verheyen a travaillé en plusieurs couches de peinture transparentes. De cette façon, le degré de nuance était beaucoup plus élevé et la lumière pouvait pénétrer à travers chaque couche fine. Ces acrobaties de lumière font l’aspect d’une surface "embuée" plutôt que effectivement peinte. Verheyen a été l'un des premiers peintres monochromes d'Europe occidentale et ses œuvres d'art sont désormais considérées comme faisant partie du canon de l'art abstrait belge.

Demander plus d'information