Chargement en cours
Ma sélection

Lot 399 - Raoul De Keyser 1930 - 2012 - Belgique - Broken Chalk Line (RDK 169) (1970) - En 5 [...]

Estimation : 150 000 € / 200 000 €

Raoul De Keyser 1930 - 2012 - Belgique
Broken Chalk Line (RDK 169) (1970)
En 5 parties - Acrylique et peinture de dispersion sur toile (5x)
Sig. au dos 1970 avec titre (chaque)
42,7 x 34,7 cm (chaque)
Sans cadre
Étiquette d'exposition au dos (chaque)
"Raoul De Keyser" Povinciaal Begijnhof, Hasselt 1973, cat. no. 10
"Raoul De Keyser" CC de Bogaard, i.s.m. CIAP, Sint-Truiden 2005, no. 8, p. 22-23 reprod.
"Raoul De Keyser. Oeuvre" SMAK, Gand 2018-19; Pinakothek der Moderne, München 2019, cat. expos., p. 32-33 reprod.
"Raoul De Keyser. Retour 1964-2006" Steven Jacobs, Éd. Ludion 2007, p. 70-71 reprod.
Avec documentation




RAOUL DE KEYSER – ONDERBROKEN KALKLIJN (1970)

Coïncidence ou pas, la fenêtre de l’atelier De Keyser à Deinze donnait vue au terrain de foot adjacent. Ainsi, le terrain vert et les lignes de craie blanches étaient le panorama quotidien de l'artiste. Il a observé d'innombrables fois comment la chaux structure la pelouse en sections - comme une composition sur la toile du peintre. L'acte simple a donné au terrain une nouvelle réalité dans laquelle le jeu de football pouvait avoir lieu. Le football et l'art sont deux grands amours de Raoul De Keyser. Au départ, il est journaliste sportif pour plusieurs journaux. En tant qu'artiste, il est relativement tardif. La fusion des deux passions se fait remarquer dans une œuvre comme « Onderbroken kalklijn » (1970).

De Keyser est fasciné par la transformation du quotidien en un motif esthétique. Son point focal : des formes reconnaissables qui font l’objet d’une forte simplification, faisant abstraction de la représentation d'un environnement banal. L'abstraction est poussée encore plus loin en concevant l'œuvre comme un pentaptyque. Ainsi, il met l’accent de l’œuvre sur sa nature en tant qu’objet an Sich.

En premier lieu, ses tableaux sont auto-représentatifs. C'est-à-dire, ils révèlent leur nature inhérente et leur autonomie: le support et la couche picturale. L'abstraction du sujet permet au peintre de réfléchir à l'autonomie du médium. Les lignes et les plans de couleurs fixent notre regard sur la peinture et la toile, sur la couleur et la perspective. De plus, la plaine du terrain de football fait référence à la bidimensionnalité du tableau, le tracé des lignes à la chaux à l'exécution d'un acte pictural. À la fois, l'ouverture de l'œuvre en une série en cinq volets questionne cette bidimensionnalité. L'œuvre s'impose dans l'espace réel du spectateur.

Demander plus d'information