Chargement en cours
Ma sélection

Lot 133 - Wouters Rik (1882 - 1916) - Belgique - Le ravin (1913) - Aquarelle sur papier - [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Wouters Rik (1882 - 1916)
Belgique
Le ravin (1913)
Aquarelle sur papier
Sig. 1913
48,5 x 64,5 cm
Cachet "Vierge Folle" no. 79
Une huile sur toile avec le même sujet se trouve au M.R.B.A. à Anvers.
Au dos étiquettes d'expositions
Salon Kunst van Heden, Anvers 1914
"Rik Wouters" Gal. Georges Giroux, Bruxelles 1914
Tentoonstelling van de Rotterdamsche Kunstkring, Rotterdam 1916
"Retrospectieve Rik Wouters" Stedelijk Museum, Amsterdam 1916
"Rik Wouters" Gal. Georges Giroux, Bruxelles 1922
Salon Kunst van Heden, Anvers 1923
Gal. Georges Giroux, Bruxelles 1931
"Rik Wouters" PBA, Bruxelles 1935
"Rik Wouters. De schilderijen. Catalogue raisonné" Olivier Bertrand, Pandora 1995, no. 152 reprod.

coll. Nel Wouters
coll. David & Alice van Buuren, Bruxelles



L’avant-gardisme subtil de Rik Wouters

À partir de l'été de 1913, Rik Wouters dépasse légèrement ses limites dans des œuvres comme « Le Ravin », partiellement grâce à sa découverte de l'avant-garde européenne. « Le ravin » est une forêt de couleur qui semble absorber la lumière. Le contraste des tons chauds et froids apporte un jeu de l’espace et du volume, accordant un rôle plus proéminant à la ligne joue. Pendant cette période, la ligne prend plus de l'importance dans l’œuvre de Wouters, le rapprochant des fauvistes français tels qu'Henri Matisse.
La couleur et la lumière dansent à travers du ravin, mais grâce à la perspective, l’espace est toujours un lieu réel et accessible dans la forêt. Wouters est resté fidèle au volume palpable, grâce à sa formation de sculpteur.
Sa lettre à son ami Simon Lévy révèle déjà la construction de sa composition.

"J’ai même trouvé, grâce au beau temps, un très beau sujet. Sous-bois d’automne très mouvementé, grandes bosses de terre qui culbutent en formant un très profond ravin, reliées ensemble par un petit pont, genre arcade romaine, en brique rouge salies (sic) et sur ces bosses, encore des bosses. Bordées de mousses vertes noires avec des mouvements de serpent, des arbres qui ne sont pas plantés droit au fond du ravin. Et le soleil bougeant la-dessu (sic), rien ne reste à place et cela gueul (sic) en rouge et jaune, vert, gris tendre, noir et rose. Rot, rot, bien pourri et sentant le moisi humide. Tout cela vu d’en-haut (sic). Enfin la première chose qui m’emballe depuis ton départ."
Rik Wouters, 31 octobre 1913

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes